Édition 2016

Présentation générale du concours

Tweetez-vous ? Si oui, vous connaissez les contraintes imposées par Twitter : 140 caractères maximum, espaces et balises comprises. Mais avez-vous entendu parler de la twittérature, cette littérature qui se pratique sur Twitter ?

Nous sommes heureux d’annoncer le deuxième Concours de twittérature des Amériques qui aura lieu du 1er au 29 février 2016. Le Centre de la francophonie des Amériques, en collaboration avec l’Institut de twittérature comparée, vous invite à participer en  twittant sur le thème « Améripoésie ». Nous lançons donc ce défi de création aux élèves du primaire et du secondaire, aux étudiants du collégial et des universités (du postsecondaire) ainsi qu’aux adultes dont le français est la langue maternelle, seconde ou étrangère.

 

 

L’Amérique francophone constitue l’une des communautés linguistiques les plus vivantes et les plus originales qui soient. Présente du nord au sud des Amériques, de la Terre de Baffin à la Patagonie, la communauté des locuteurs francophones rassemble plus de 33 millions de personnes. La deuxième édition du concours de twittérature des Amériques veut témoigner de la présence et de l’engagement des francophones et francophiles en utilisant le micro blogue Twitter comme espace de création poétique. À contre-courant du bavardage qu’on retrouve habituellement dans les médias sociaux, le concours veut rappeler que le français est une langue belle et qu’elle se prête à toutes formes d'expression, y compris sur le fil Twitter.

En lançant ce concours, le Centre de la francophonie des Amériques affirme que la langue française est, en Amérique, un outil de culture et de partage des imaginaires. Car la langue est toujours liée au territoire qui la porte. Et, à travers elle, la poésie contribue au raffermissement des complicités linguistiques, esthétiques et imaginaires.

 

Découvrez les lauréats du concours de Twittérature

Le Centre de la francophonie des Amériques a profité de sa présence au Salon du livre d’Edmundston pour procéder au dévoilement des gagnants de la 2e deuxième édition du Concours de twittérature des Amériques qui s’est tenu en février dernier.

Au terme de cette 2e édition qui a connu un franc succès, 30 lauréats twittérateurs provenant du Québec, de l’Ontario, de la Nouvelle-Écosse, des États-Unis, d’Haïti, du Panama, du Mexique, de la Colombie et de l’Argentine ont été récompensés (liste des récipiendaires) en exprimant leur vision poétique de la francophonie des Amériques. Sous le thème Améripoésie, le Concours de twittérature des Amériques, présenté en partenariat avec Richelieu International et en collaboration avec l’Institut de twittérature comparée (ITC), a rejoint les élèves du primaire, du secondaire, du postsecondaire ainsi que les adultes dont le français est la langue maternelle ou seconde. Pour découvrir les lauréats et leur gazouilli, consultez la liste de lecture vidéo ci-dessous.

 

 

Rappelons que les participants ont publié sur Twitter de textes poétiques de 140 caractères ou moins. De la Colombie au Brésil en passant par Haïti jusqu'au Canada, l’édition 2016 a recueilli plus de 900 gazouillis et a suscité la participation d’une douzaine de pays des Amériques. Un jury pluridisciplinaire international, composé de professionnels de l’éducation, des médias, de la littérature et du domaine linguistique, ont sélectionné les lauréats en fonction de l’originalité, de la qualité de la langue et de l’utilisation d’une figure de style.

Connaissant un succès toujours croissant, le Centre de la francophonie des Amériques présentera une 3e édition de cette activité en février 2017. De plus, un livre numérique réunissant l’ensemble des gazouillis sera publié à l’automne et sera disponible gratuitement sur le portail du Centre.

Le Centre de la francophonie des Amériques tient à remercier Richelieu International, partenaire principal du Concours de twittérature des Amériques. Grâce à la précieuse contribution de Richelieu International, les lauréats recevront divers prix prestigieux tels que des ordinateurs portables, des iPad, des iPhone et des liseuses électroniques.

Livre numérique

Le Centre de la francophonie des Amériques, en partenariat avec Richelieu international, a lancé pour la deuxième fois l’invitation à participer au Concours de twittérature des Amériques en février 2016. Les francophones et francophiles des Amériques, de l’école primaire à l’âge adulte, ont ainsi posté sur Twitter plus de 900 petits textes de 140 caractères ou moins. Ce faisant, le thème de cette édition, Améripoésie, a voyagé très loin dans l’espace francophone, depuis l’Amérique latine à l’Amérique du Nord, en passant par les Caraïbes.

 

Webinaire - Concours de twittérature des Amériques 2016

Vous souhaitez en savoir plus sur le Concours de twittérature des Amériques? Vous cherchez des pistes de réflexion pour participer au concours seul ou en classe? Suivez notre webinaire animé par Jean-Yves Fréchette et Annie Côté de l’Institut de twittérature comparée!

 

 

Les catégories

 

Primaire français langue maternelle

or


Jacob Brisson @ChienbrunoL (Saint-Jérôme, Québec)
Blanche comme la neige, bleue comme ses mers, rouge comme le feu qui l'habite. Aussi colorée que son peuple. La voici mon Amérique. #twitcfa
Argent
Samuel Couture @AudetBernard (Sainte-Marie, Québec)
Amérique, mon continent, mon amour, tu es ma vie, mon puits de lumière. Sans toi, je suis un trou noir sans vie, une nuit sans fin. #twitcfa
Argent
Gaspard Prigent @Classe_Florian (Panama Pacifico, Panama)
De Rio à Sao Paulo, du Canada à Atlanta, ô Amériques, c'est à travers tous ces beaux voyages que je viendrai admirer vos paysages ! #twitcfa
bronze
Alice Bédard @6eJooly (Ste-Catherine-de-la-Jacques-Cartier,  Québec) #twitcfa En Amérique, nos choix nous guident droit devant. Est-ce l'hiver et ses vents, qui nous poussent en avant ?
coeur
Mickaël Beauregard @ChienbrunoL (Saint-Jérôme, Québec)
Mon Amérique:  un Nord de glaces et de givre, son Centre aussi chaud que le feu et un Sud  que l'on souhaite si vert, si longtemps.#twitcfa

Retour aux catégories


Secondaire / français langue maternelle

or


Alexia Morin @AlexiaMorin  (Québec, Québec)
#twitcfa Tombe neige naguère perchée sur les nuages. Souffle O vent vigoureux, virevolte en virtuose. Bise glacée, balbutiement de Negakfok
Argent
Morgane Dirion @morgvne_ (Nouvelle-Orléans, Louisiane, États-Unis)
C'est au bord d'un bayou oublié, lorsque vous serez enivrés par le jazz et le vaudou, que le doux fracas de la Louisiane frappera. #twitcfa
bronze
Émile Ouellette @emile_ouellette (Québec, Québec)
La colonie de Christophe n'est qu'un jeune vieillard au fond. Cela t'importe peu. Tu continues de croire que l'amour n'a pas d'âge. #twitcfa
coeur
Megan Duchesne @Megduchesne14 (St-Augustin-de-Desmaures, Québec) Délicatement, un torrent d'odeurs se heurte. D'érables à açaïs, je frissonne à l'idée d'inhaler le parfum de ce panorama disparate #twitcfa

Retour aux catégories


Secondaire / français langue seconde ou étrangère

or


Olivia Ménard @Holy_Via (Québec, Québec)
#twitcfa L'ombre se répand à l'endroit quitté La mer de l'inconnue valse à nos côtés Nous ne sommes qu'étrangers Sur ce continent L'Amérique
Argent
Steven Gao @8Cet8 (Sydney, Nouvelle-Écosse)
L'automne, les feuilles d'érable changent de couleurs. Elles sont rouges, oranges, jaunes, vertes, comme une boite de crayons gras. #twitcfa
bronze
Nicole Stewart @twitcfa1 (Ottawa, Ontario)
Neige tombe comme une bombe, Causant une explosion de froid, Mais j’aimerais allez dehors, Si un jour je retourne à mon amour #twitcfa
coeur
Classe de Vickie Marks Morrow @redclifftweets (Valley, Nouvelle-Écosse) La francophonie aux Amériques est un bel océan - plein de cultures et d’accents qui nagent partout - vifs, comme les poissons #twitcfa

Retour aux catégories


Postsecondaire / français langue maternelle

or


Mikaël Bacon @BaconMikael (Québec, Québec)
Il y a le nord, paix et froid d'aurore, océans de feu, tout juste au milieu et le sud, pureté en altitude, les Amériques : poétique #twitcfa
Argent
Jérôme Pelletier Dumont @bricoleurdemots (Lévis, Québec)
Mon Amérique barbouillée Fragmentée Avec la minutie de l'asocial autiste L'individualiste occident De notre Fragments-Terre #twitcfa
bronze
Véronique Boyer @Vivdesn (Montréal, Québec)
Arbre massif, gras, s’élevant d’un cadavre autochtone. Fruits pourris. Dans son ombre, une langue vivace, qui s’acharne à naître. #twitcfa
coeur
Raphaël Michaud @RaphM1 (Sainte-Anne-de-La-Pocatière, Québec)
Douce Amérique, ta rude charpente rocheuse recèle mes profondes racines, qui tressées percent ta surface d'où mon tronc tressaille. #twitcfa
coeur
Carolanne Foucher @Carolanne_F (Québec, Québec)
Tu sens l'Amazonie le bois mouillé le lichen et la rosée Tu sens les industries la pauvreté le béton et la fumée Tu sens tout ça #twitcfa

Retour aux catégories


Postsecondaire / français langue seconde ou étrangère

or


Molly Tucker @PlaisirDeLire11 (Oberlin, Ohio, États-Unis)
L'autoroute danse vers le récitatif des roches, les montagnes qui chantent au ciel, le piano de la plaine: la symphonie américaine. #twitcfa
Argent
Salomé Landivar @Chalo612 (Buenos Aires, Argentine)
Viens, voyageur, vise l’aventure. Valises, vers dans la brise. Vois le va-et-vient poétique, l’ouverture du vantail sur l’Amérique. #twitcfa
bronze
Jean Kensle Figaro @Fikens95 (Port-au-Prince, Haïti)
Terre de complices et de mystère où chaud et froid s'allient sans se taire pour qu'on plisse verbes et actes. Zombifiés, on s'attèle #twitcfa
coeur
Junior Gustave @GustaveJg (Gonaïves, Haïti)
Plaît-il frères francophones des Amériques! Nous voici avec nos ombres lumineuses, les flux et reflux des vagues de notre plaît-île #twitcfa

Retour aux catégories


Adulte / français langue maternelle

or


Annie Jutras @annie_jutras (Drummondville, Québec)
Dans la poudrerie, mon corps transi dans mon anorak fond sous tes mots brûlants d’îles luxuriantes dansant dans les lagunes salées. #twitcfa
Argent
Loui Beaulieu @louipoete (Mont-Saint-Hilaire, Québec)
Nous projetons des ponts À travers l'Amérique Des ponts qui sont des liens Qui sont des points de rencontre Des mots entre nos vies #twitcfa
bronze
Charly Bouchara @twitcfa1 (Sutton,  Québec)
Vieux Nouveau Monde où cette voix résonne encore tendre et têtue pour ces enfants qui se répondent de l'Acadie au Pacifique, en vie #twitcfa
coeur
Raymond Beaudet @RaymondBeaudet  (Sainte-Marie, Québec)
Cadavres de fleurs sur un ruisseau gelé. Lumière hachurée par l’ombre des arbres dénudés. Un cardinal se demande où est passé l’été.#twitcfa

Retour aux catégories


Adulte / français langue seconde ou étrangère

or


Zazil Briseno @Zazilechuga (Guadalajara, Mexique)
#twitcfa Nous sommes la terre qui sent la pluie et les pleurs, la vie court en sens opposés, dynamitée avec une fleur entre les lèvres.
Argent
Samuel Simonis @SamuelSimonis (Carrefour, Haïti)
L'imparfaite perle plie sous le poids de ses peines, prie pour un peu de plaisir. Haïti pays de couleur mais la proie des tenèbres. #twitcfa
bronze
Lina Paola Robles Triana @Linna_R (Bogota, Colombie)
La francophonie des Ameriques est belle à ravir, elle est comme le vent qui souffle sur nos terres, en nous laissant son héritage. #twitcfa
coeur
Georges Maurice Saintilaire @Geomoy7 (Port-au-Prince, Haïti)
Par Molière ou Voltaire, du rire ou de raison on est amant ou pratiquant. Car, jadis, leur langue fut acquise par le nouveau monde. #twitcfa

Retour aux catégories

• Téléchargez la liste des récipiendaires (pdf)

 

Mot du porte-parole - Gabriel Robichaud

«Un écrivain ça écrit»

-Gérald Leblanc, Moncton Mantra

«À cause que l'Amérique est couverte de routes qui mènent nulle part»

-Jean-Philippe Raiche, Manifeste diasporeux

«La plupart des hommes ont de la poésie une idée si vague que ce vague même de leur idée est pour eux la définition de la poésie»

- Paul Valéry

Je m'appelle Gabriel Robichaud. Je suis un comédien et auteur acadien. Le territoire acadien est difficile à définir, les frontières historiques n'ayant jamais été tout à fait déterminées, et une importante partie du peuple ayant été déporté un peu partout en Amérique et en Europe à partir de 1755, ce qui a eu pour objet de faire éclater la notion de territoire et d'Acadie encore mieux. Mais ça c'est un peu d'histoire et de géographie. Pour moi de déportés les acadiens sont passés à être porteurs. Je suis donc un acadien né à Moncton au Nouveau-Brunswick, une ville officiellement bilingue dans le sud-est de la seule province ayant deux langues officielles (le français et l'anglais) au Canada. Mon lieu de résidence est toutefois Ottawa, la capitale canadienne, depuis un an, à 1200 km de ma ville natale. Reste que, aujourd'hui, je vous écris depuis Saint-Boniface, le quartier francophone de Winnipeg, la capitale du Manitoba, une province au centre du pays, à 2400 km de mon lieu de résidence, à 3600 km de mon lieu de naissance. Tout ça pour dire que si c'est grand le Canada, imaginons les Amériques...

Si j'ai décidé d'être porte-parole du Concours de Twittérature des Amériques, c'est surtout parce qu'à l'âge de 16 ans, je m'étais fait une idée de la poésie qui était telle que je n'aurais sans doute jamais aimé/écrit des poèmes. La preuve, c'est qu'aujourd'hui, je continue de détester toute forme de poésie qui se rapproche de l'idée que je m'en étais faite à l'époque. Heureusement, ça a changé. J'ai rencontré la poésie telle que je peux l'aimer avec un recueil d'un poète des Amériques, Guy Arsenault. Un recueil qui s'appelle Acadie Rock, le 2e livre à être publié en français en Acadie en 1973. Je l'ai lu peu après Noël 2006. La particularité de ce recueil tenait dans sa façon d'aborder la langue, très orale, revendicatrice, sans compromis, et par le fait que son auteur avait écrit la majorité de ses textes entre 16 et 18 ans, soit à peu près mon âge au moment de le lire. C'est à la lecture de ces textes que je me suis aussi remis à écrire. Écrire pour moi, écrire sur tout, sur rien, sur rien surtout. Avec mon bagage sur une épaule, et mon américainité sur l'autre. C'est à ça que je pense quand je songe à Améripoésie, à l'idée d'une communauté de 33 millions de francophones et francophiles sur un aussi vaste territoire. À cette idée de la poésie que je m'étais faite, celle qu'elle est devenue et à ce qu'on peut faire de ce genre d'idées avec 140 caractères sur Twitter. C'est ce que j'ai envie de vous dire alors que s'amorce ce Concours de twittérature des Amériques. Un concours qui s'adresse à ceux parmi vous qui pourraient se faire une autre idée de la poésie que la mienne avant ou après leurs 16 ans. Une poésie qui vous parle, que vous parlez à d'autres, près de vous, avec les couleurs du territoire que vous habitez, entre les pôles, les océans, les terres, les montagnes qui vous entourent. Depuis quelques années j'ai écrit en français un peu partout au Canada, aux États Unis, en Europe. Il me tarde de le faire en Amérique centrale et en Amérique du Sud ou ailleurs dans le monde. Mais pour l'instant, c'est avec vous que j'aurai le grand plaisir d'écrire entre le 1er et le 29 février 2016. Au plaisir de vous lire!

Améripoésie de Gabriel Robichaud

Je t'écris pour ceux qui doutent
J'écris pour que tout soit possible
J'écris tes routes tes culs de sac tes terrains
Je t'écris parce que je sais ce que t'es pas

T'es pas une épopée
Un continent
Une étendue
Un pays
Une province
Pas même un peuple

T'es pas une colonie française délaissée
Vendue perdue libérée
T'as pas le monopole du nord du centre du sud

Plus souvent qu'autrement
Je te vois en façon d'être
En manière de pensée
En irrévérence devant la majorité
En fous rires qui s'expliquent pas
En veillées qui finissent tard
Entre la chaleur d'un toit ou des corps

Tu m'habites comme les chemins qui mènent chez nous
Ceux que je vois pu
Que je connais par cœur
Jusqu'à les oublier
Les chemins à prendre ou qui te prennent malgré toi
Ceux qui mènent à bon port
Ancrés dans une mémoire qui dépasse le souvenir

Je t'écris
Parce que depuis qu'on me parle de toi
Je sais pas plus ce que t'es

T'es le territoire
Qui crie sur les toits
Sa liberté de dire ce qui dérange
À condition de parler
Tout bas

T'es les Amériques de cuisines de cafés de tavernes
Aux coudes qui se lèvent
Plus facilement
Que les idées les poings les révolutions
Sauf pour quelques majeurs anonymes

Il m'arrive de rêver d'Amériques
Où le français ne s'enseigne pas qu'en prétexte
Dans le fond d'une classe
Au nom d'un sois fier parce que
Entre les leçons d'apprentissage
Entre la honte des accents
Le poids du passé trop bien écrit
Au lieu de prêter des plumes
D'écrire les débuts d'un mot
Qui poursuit l'histoire

Je t'écris pour ceux
Qui assassinent les canards
À coups de morts annoncées
Pour mieux voler de leurs propres ailes

Je t'écris pour te dire
Que leurs envolées
Se peuvent encore
Parce que leurs papiers se tachent d'encre
Parce que leurs yeux s'obstinent à lire
Et que leurs feuilles envoyées au vent
Ne sont pas le sursis
De ce qui est fait pour tomber

Je t'écris pour l'ignorance
Parce qu'Antoine de Lamothe-Cadillac a fondé Détroit
Parce que Joe Dassin est né à New York
Pour dire que Jim Morrison
An American poet
Est enterré à Paris
Et que Baudelaire a traduit Edgar Allan Poe

Je t'écris pour dire
Que Nina Simone chante Ne me quitte pas
Dans la langue de Brel
Que Billie Holiday a chanté Piaf traduit
Qu'on organise la sauvegarde du Paw Paw French au Missouri
Que les racines de Beyoncé sont acadiennes
Et que Gabrielle Roy est de Saint-Boniface
Je veux te dire que j'ai rêvé ton centre et ton sud
À travers Les mystérieuses cités d'or
Sans y avoir mis le pied
Encore

Que j'ai lu le Chili exilé de Luis Sepúlveda
La Colombie réaliste magique de García Márquez
Dans la langue de Molière

Je veux te dire que je t'écris en français
Parce qu'en anglais
Embrasser la langue de l'autre
Se dit Frenchkiss

Je ne t'écris pas pour te savoir
Je t'écris parce que je te crois

Je t'écris parce que je vois la francophonie des Amériques vivre de deux choses

Ce qu'elle fait au monde
Ce que le monde en fait

Notice biographique du porte-parole

Gabriel Robichaud est né en 1990 à Moncton. Comédien de formation, il a terminé son baccalauréat en Art dramatique à l’Université de Moncton. Il s'adonne également à l'écriture de poésie et de théâtre. Ses textes pour le théâtre ont été lus au Festival du Jamais Lu de Montréal, au Festival Texte en Cours de Montpellier, au Carrefour International de théâtre de Québec et au Festival à haute voix de Moncton. Sa pièce Le lac aux deux falaises sera coproduite par le Théâtre l’Escaouette et le Théâtre de Quartier en mars 2016. Il compte aussi deux recueils de poésie à son actif, La promenade des ignorés et Les anodins, tous deux publiés aux Éditions Perce-Neige de Moncton, en 2011 et 2014. Depuis quelques années, il foule les planches un peu partout en Acadie, au Québec, en Ontario et, plus récemment, au Manitoba. On le verra sur scène dans la saison théâtrale 2015-2016 dans la tournée pancanadienne de Love is in the birds, une soirée francophone sans boule disco du Théâtre du Trillium, À quoi ça sert d'être brillant si t'éclaires personne du Théâtre français du CNA, la pièce Plus (+) que toi de Rébecca Déraspe du Cercle Molière à Winnipeg et avec son spectacle Anthologie diasporeuse, un parcours de la poésie acadienne de 1972-aujourd'hui. Depuis septembre 2014, il habite Ottawa.

Partenaire officiel

 

Dans le cadre de la 2e édition du Concours de twittérature des Amériques, c’est avec joie que le Centre de la francophonie des Amériquess’associe avec un partenaire de qualité, Richelieu International, un organisme francophone partageant avec le Centre les mêmes objectifs et valeurs.

Après plus de 70 ans d’existence, Richelieu International a pour mission de faire la promotion de la francophonie à l'échelle internationale, nationale et locale, ainsi que d'être au service de la francophonie et de la jeunesse par des actions de type social, éducatif, culturel, politique à caractère non partisan et économique. Cette mission contribue à l'épanouissement des individus et des collectivités, au même titre que les différentes actions du Centre. Nous vous invitons à découvrir le site Web de Richelieu International pour en savoir davantage.

En savoir plus à propos de Richelieu international

Solutions d'affaires mobiles + Web /
Agence Web Québec - Chalifour